Les Amis de la Musique – Le Messager

 

Images, mots, artisanat

 

Trois regards pour révéler la beauté d’un instrument de musique

 

Plus qu’un métier, la lutherie est avant tout une passion requérant patience, méticulosité et précision dans chacune des étapes de la fabrication.

 

Nicolas Saumagne connaît bien le domaine. Ce jeune luthier de trente-cinq ans a déjà plus d’une dizaine d’années de pratique derrière lui. Le voir travailler est une véritable incursion au pays de la concentration et du calme.

 

Une fois la commande d’un violon passée, six mois au minimum, seront indispensables à la création de cet instrument : un travail de longue haleine pour mener à bien la réalisation des quelques 70 pièces constituant l’instrument.

 

L’exécution d’un violon ne laisse aucune place au hasard. Chacun des éléments qui le composent est fabriqué avec la plus grande rigueur.

 

Assemblé uniquement par collage, il est issu des bois les plus précieux tels l’érable, le palissandre ou encore l’ébène.

 

Sélectionnés pour leurs qualités sonores et mécaniques autant que pour leur beauté intrinsèque, ils détermineront de manière irrémédiable la qualité finale de l’instrument.

 

Au fil des semaines, le bois, matière brute, prend peu à peu vie entre les mains de Nicolas.

 

A force de patience et de doigté, les formes grossières s’adoucissent. Le simple morceau de bois disparaît progressivement, laissant émerger les premières courbes de l’instrument.

 

Presque féminines, elles s’épanouissent de jours en jours sous les gestes attentifs et précautionneux du luthier.

 

Tel Gepetto, donnant vie à son pantin Pinocchio, il travaille avec amour, effleurant et caressant le bois.

 

La naissance d’un violon s’apparente à une véritable histoire d’amour : le luthier met non seulement tout son cœur, mais aussi son savoir-faire et son âme dans un objet qui deviendra la source de nombreuses émotions !

 

Qui n’a jamais frissonné en écoutant les accords infiniment subtils de cet instrument qui semble avoir la faculté étonnante de parvenir à restituer les états d’âmes humains !

 

En un livre, « Le violon dans l’âme » (« The living soul of the violin ») édité par les Amis de la Musique, le luthier Nicolas Saumagne, le photographe Julien Bonicki et un jeune auteur, Floriane Hudry, invite à un voyage au cœur d’un violon et d’un atelier de lutherie par la photo.

 

Renseignements : musique@pi.be ou par téléphone : 0032 087 77 09 62

 

Retour au sommaire

 

Avril 2002. Copyright Les Amis de la Musique-Le Messager.  DoC Ó