Un orgue polyglotte à l'accent français

 

Un orgue de 29 jeux est sorti de l'atelier Schumacher pour chanter à Merzenich (Allemagne)



merzenich



La manufacture Schumacher de Baelen vient de construire un orgue de 29 jeux (Grand Orgue, Positif de dos et Pédalier) pour l'église Saint-Laurent à Merzenich, près de Düren en Allemagne.

Cette église, construite entre 1897 et 1902, ne possédait pas d'orgue et vers l'époque de la première guerre mondiale, un ancien orgue de salon, transformé et agrandi, a trouvé sa place au jubé, dans la tour. Les guerres l'ont endommagé. Il a été réparé et transformé à plusieurs reprises. Depuis des décennies, l'organiste-titulaire se plaignait de son mauvais état. Selon l'avis des conseillers en orgue du diocèse, une réparation aurait été trop coûteuse et musicalement insatisfaisante.

En 1993, les premières réunions de projet ont eu lieu avec l'aide de l'architecte Jean- Joseph Keller de Mariaweiler, connu pour ses projets de restauration d'église et pour avoir accompagné plusieurs projets de construction d'orgue dans le diocèse d'Aix-la- Chapelle. Après une nouvelle expertise de l'orgue existant, il est décidé de confier le travail de construction d'un nouvel instrument, en mai 1995, à Guido Schumacher et son équipe.

En juin 1997, le doyen Hamachers a procédé à la bénédiction de l'orgue nouveau, au buffet en chêne massif (dont le dessin est dû à Jean-Joseph Keller). L'orgue chante à Merzenich après environ 6500 heures de travail dans la manufacture des organiers de Baelen.

"Une réflexion double était à la base du concept : d'abord le souvenir de la facture d'orgue régionale baroque-classique et ensuite le souhait d'enrichir le paysage organologique local d'un type d'instrument qui n'existait plus. Le point de départ était donc donné : une composition proche de l'orgue classique français mais avec quelques caractéristiques locales en usage entre Rhin et Meuse à cette époque. La réalisation selon un concept tout à fait historicisant ou une copie fidèle d'un instrument historique étaient hors de question. Des adaptations aux exigences actuelles, liturgiques et concertantes, étaient indispensables : étendue des claviers, pédalier plus fourni, ajout d'un jeu gambé sur chaque clavier. Le résultat forme un orgue de 29 jeux. Cet orgue est en quelque sorte polyglotte même s'il possède un accent français indéniable" explique Guido Schumacher.

Côté technique, retenons que le positif de dos est inséré dans la balustrade, le Grand Orgue dans le grand corps, le pédalier derrière à la même hauteur que le grand orgue.


Commentaires

Pour toute suggestion ou information, vous pouvez laisser un message (cliquez ici ou sur l'image)

 


homeHomeleaveBack


Copyright (C)1998 DCo. All rights reserved.