Grossesse Extra-Utérine (GEU)


Les pièges de la grossesse extra-utérine:


Ils sont de 3 ordres
  • Affectif
  • Diagnostique
  • Thérapeutique

Affectif
On est heureux et ce d'autant plus que cette grossesse tant désirée s'est fait attendre. D'autant plus qu'il a fallu parfois des traitements difficiles et longs pour y parvenir .

Et c'est la mauvaise nouvelle, le piège affectif. On va devoir vous opérer. Car il y a de fortes chances que vous avez une grossesse extra utérine.
Vous n'avez malheureusement pas pris de pilule ce mois ci ou malheureusement oublié de prendre quelques pilules. Vous êtes enceinte et pensez devoir terminer cette grossesse. Mauvaise nouvelle : il s'agit d'une grossesse mal placée. Vous devez être opérée.

TopTop

Diagnostic
Au début la GEU est asymptomatique. Parfois il y a de petites douleurs, parfois des pertes sanguines modérées. Dans la majorité des cas on fait le diagnostic précocement avant la rupture, souvent même avant que des symptômes cliniques soient présents.
Le diagnostic précoce d'une grossesse extra-utérine repose sur trois examens
  • une échographie vaginale,
  • des dosages hormonaux répétés
  • une laparoscopie
Un dosage unique des hormones ne permet pas le diagnostic de GEU, en raison du chevauchement important entre les valeurs normales et les valeurs anormales. Un dosage normal est parfois présent.
Il faut suspecter une grossesse extra-utérine lorsque l'échographie vaginale ne permet pas de visualiser une grossesse intrautérine et que le taux des hormones est élevé. Mais il faut pour celà faire une échographie assez tôt, mais pas trop tôt, dans la grossesse.

Le piège diagnostique : il faut arriver à la suspiscion du diagnostic avant la rupture et ce sans beaucoup de signes. Et généralement on y arrive.
Dès lors on pratiquera une laparoscopie; le diagnostic de GEU exige une laparoscopie. Le traitement peut être réalisé au cours de la même laparoscopie dans la plupart des cas ( 80 % ).


TopTop

Traitement
Abstention thérapeutique
Un nombre important de GEU se terminent spontanément. L'expectative ne semble pas raisonnable sauf s'il s'agit d'une patiente sans symptomes et dont les taux hormonaux sont bas et diminuent;
Traitement chirurgical classique
Il est surtout indiqué en cas d'hémorragie incontrôlable, de lésion tubaire irréparable, et chez les femmes qui ne souhaitent plus avoir d'enfants. Chez toutes les autres femmes ( dans 80 % des cas ) il faudra choisir une autre technique.
Traitement médicamenteux
Il peut être administré dans l'espoir d'éviter un traitement chirurgical. Ce traitement semble avoir une place en cas de petite GEU non rompue. Selon le New England Journal of Medecine du 23/12/99 l'interruption de la grossesse a eu lieu dans 91% des cas par injection de Méthotrexate ( 82% avec une seule injection ). Lorsque les taux d'HCG étaient inférieurs à 15000 il y eut 93% de succès et seulement 66% pour des taux plus élevés.
Traitement par laparoscopie : traitement conservateur
Traitement de choix. Il peut être exécuté avec autant de succès et de sécurité que le traitement chirurgical classique. Il a pour but de conserver la trompe.

Le piège thérapeutique : le trophoblaste persistant

Du tissu vivant est resté dans la trompe et peut entraîner une rupture secondaire de la trompe et une hémorragie. Il faut donc pratiquer des dosages hormonaux répétés après un traitement conservateur pour savoir s'il faut réopérer ou envisager un traitement médicamenteux .


TopTop

Retour GrossesseRetour Menu