Les anomalies du foetus après 'fécondation assistée' seraient plus fréquentes que 'naturellement'

C'est ce qui ressort d'une publication du New England Journal of Medecine de cette année.
Cette pratique aboutirait à 8,6% d'anomalies majeures par la technique ICSI (injection intra cytoplasmique de spermatozoïdes) et de 9% par fécondation in vitro ( FIV ).
Cette fréquence est deux fois plus importante que naturellement.

Les principales malformations seraient celles des muscles, de l'appareil uro génital et cardio-vasculaire.

L'étude Australienne a montré que
26 des 301 enfants conçus par la technique ICSI ( 8.6% )
et 75 des 837 enfants conçus par fécondation in vitro (9.0%)
ont un handicap important à l'âge de un an,
comparés aux 168 des 4000 enfants conçus naturellement (4.2%).

Pour savoir si ce sont bien ces techniques qui sont en cause, les Services Sanitaires Britanniques ont décidé le 22/10/2002 de lancer une étude de grande ampleur à ce sujet.

1 Million d'enfants sont nés par ces techniques, l' ICSI étant une technique d'apparition plus tardive que la fécondation in vitro et répondant le plus souvent à une difficulté masculine à concevoir. La congélation des embryons aux premiers stades de leur développement et l'ICSI sont les plus particulièrement visés. Ainsi que le diagnostic préimplantatoire qui a lieu à un stade très précoce pour justement éviter de replacer un embryon 'anormal'.

Il n'y a pour le moment aucune preuve que ces techniques soient impliquées mais le porte parole Anglais pense que celà vaut la peine d'y regarder de plus près.

SOURCE: New England Journal of Medecine 7 Mars 2002.

Une étude belge concernant 2889 enfants nés après ICSI montre un taux d'anomalies de 3,4% et pour les 2995 enfants nés après fécondation in vitro un taux de 3,8%. Ces taux sont similaires à ceux des enfants nés sans traitement.


Syndrome de Beckwith-Wiedemann

· Selon le Journal of Medical Genetics de Janvier 2003, six ( soit 4% ) des 149 bébés suivis pour syndrome de Beckwith-Wiedemann sont issus des techniques de procréation assistée ( 3 par FIV, 3 par ICSI ), ce qui est supérieur au risque de 1% dans la population générale. ( ce syndrome résulte d'une anomalie génétique au niveau du chromosome 11 ).

· Selon DeBaun MR, Niemitz EL, Feinberg AP. ( Division of Pediatric Hematology-Oncology, Department of Pediatrics, Washington University School of Medicine, St. Louis, MO ) et de leur article paru aussi en Janvier 2003 dans Am J Hum Genet 2003 Jan;72(1):156-60 les techniques de procréation assistée peuvent affecter les stades précoces de l' embryogénèse et peut causer des anomalies à la naissance dont le syndrome de Beckwith-Wiedemann (BWS) : 4.6% (3 cas sur 65), versus le taux américain de 0.8% dans la population générale.

La fécondation in vitro
Si vous voulez envoyer cette page à un(e) ou des ami(es)